AGONIE POUR UN VAMPIRE (Dracula) (Poème)

De FABS le 28/09/2019 (26 visites depuis 7 jours)

Je sens la vie en moi s'effriter et s'évanouir
Si tant est que mon corps peut s'apparenter à cela
C'est donc aujourd'hui et maintenant que je vais finir
Alors que toi et ta foi êtes agenouillées près de moi

J'avoue avoir encore un peu de mal, Mina, à déterminer
Si tu m'as un jour vraiment aimé, ne serait-ce qu'un instant
Ou si c'est mon pouvoir qui n'a fait que t'Hypnotiser
Je ne saurais sans doute jamais s'il y eut un tel moment

Je revois cette première fois où je fus conquis par ton image
Imprimée sur un cadre dans la chambre allouée à ton fiancé
Je me souviens de son allure distingué d'enfant sage
Me faisant presque oublier la raison pour laquelle je l'avais mandaté

La signature d'un contrat de vente, traité par correspondance
Pour un espace de vie situé dans la glorieuse Angleterre
Les quelques jours passés en mon château, entraînant son errance
Pour avoir pénétré mes secrets, brisant son esprit envahi de croyances salutaires

Obsédé par ta ressemblance avec ma défunte épouse, lumière de mes pensées
Je m'embarquais sur le Demeter, pour aller te retrouver
Un voyage avec un équipage que la mort aura à jamais marqué
Mon arrivée sur ton continent coïncida avec une rencontre à la funeste destinée

J'ignorais à ce moment que Van Helsing deviendrait ma némésis
Transformer ta douce amie Lucy fut ma première erreur
Déjà soupçonneux envers mon auguste personne, Helsing créa sa milice
Son esprit brillant ayant mis à jour ma nature, inspirant une juste peur

Dès lors, lui et son groupe d'assassins ne cessèrent de me traquer
C'est alors que je commis, en t'emmenant avec moi, ma deuxième faute
Déjouant les pièges de Renfield, mon psychotique esclave dévoué
Que j'avais auparavant fait évader de l'asile du Dr. Seward, dont il était l'hôte

Ils te libérèrent de l'emprise hypnotique dans laquelle tu étais plongée
Usant de ma force et de mes pouvoirs, le combat fut acharné
Mais leurs armes et leur détermination eurent raison de moi et mon égo démesuré
Afin que le vampire, le monstre que j'étais, soit définitivement annihilé

Mais même si je sais qu'en cet instant fatidique je vais disparaître
J'aurais au moins eu la satisfaction de m'être senti un peu humain
Finalement, une fois encore, c'est la belle qui aura permis la fin de la bête
Alors que mes cendres se voient dispersées dans le grand lointain

FABS







L'auteur :
FABS
FABS

Adaptation poétique du roman de Bram Stoker : "Dracula"

Me contacter