La peau cannelle

De Llade le 11/03/2018 (3 visites depuis 7 jours)

Sans le savoir,tu crois m'aider,
je broie du noir,à me châtier.
J'voyais qu'tes cils,atout subtil,
regard narquois,annonce d'exil.
Mais sous l'arcade,l’œil se balade,
juste pour toi,une simple escale.

Je perds le nord,beau paysage,
je frôle ton corps,mauvais présage.
Mes reins se tendent,mon corps s'enflamme,
il te réclame pour jouer sa gamme.
Je goûte ta langue aux douces saveurs,
caresse mon sein,ou bat mon cœur.

Mes vils pensées abandonnées,
je m'ouvre à toi,ton corps bronzé.
Tes doigts caressent mes cuisses charnues,
Ton souffle court,berce mes pensées.
Ta bouche parcourt mes chairs à nu,
l'humide contact,fais son effet.

Sans plus attendre,tu me pénètres,
ce va et vient me fait renaître.
Ta peau dorée sur ma blancheur,
mélange unique, balaye mes peurs.
Je mords ta lèvre,avec douceur,
mon sang palpite,bientôt c'est l'heure.

Ta main enserre plus fort mon sein,
plus de cadence,corps enlacés,
je sens fleurir un beau jardin.
Août prend sens,parfum d'amour.
Tu laisses jaillir,en vain peut être,
l'exquise liqueur,la comme toujours.
Ton poids pesant sur mes rondeurs.

Llade.