Rendez-moi mon fils (suite)

De OPPROBRE le 09/07/2020 (5 visites depuis 7 jours)

Tu sors plus que de raison

Avec des amis dont nous ne connaissons que le prénom

Nos discussions se résument à : « Ca va ? T’es bien rentré ? »

« Papa, j’aurais besoin de 20 euros pour la soirée ! »

Je ne suis plus ton père mais ton secrétaire, ton taxi, ton banquier

Tu refuses toute activité qui pourrait nous rapprocher

Les portes claquent, on se dispute sans arrêt

Ta chambre est devenue une forteresse inaccessible

Une frontière invisible

Les mots doux s’échappent : « T’es vieux, tu comprends rien ! »

« Tu me déposes mais tu ne rentres pas, hein. »

« Tu me fais honte, papa ! »

Qu’est-ce que j’en t’ai voulu pour ces mots-là !

Me rapprochant inévitablement du trépas

Une véritable fracture générationnelle

Une véritable fracture relationnelle

Voilà où en était notre relation il y a deux ans

Avant cet accident

Cela fait déjà deux ans que tu es mort

Disparu, rayé, évaporé

Seuls les photos et les souvenirs sont là

Pour me permettre de penser à toi

Je m’en veux chaque jour qu’on se soit quittés comme ça

Comme des étrangers

Les funérailles de son enfant est la pire chose à imaginer

Ce cercueil noir à demi-ouvert ; à l’intérieur ton corps

Paisible, serein, presque souriant

Je donnerais tout pour qu’on se rabiboche, qu’on se réconcilie

Je donnerais tout pour revivre nos disputes

Cela fait deux ans que ta mère fait les cent pas dans l’appartement

Ta chambre est toujours une forteresse inaccessible

Une frontière invisible

Qu’on n’ose plus franchir

Ne pas sombrer au quotidien est une lutte

Tu sais quel est le pire ?

Je commence à oublier ta voix, tes rires

Sans les photos, je commence à oublier ton visage

Certains osent me dire de tourner la page

Je ne peux rien tourner

Car tu es à jamais dans mon coeur

Je t’aime, mon fils

Pardonne-moi de tout mon coeur

Je veux me souvenir de tout : les bons et les mauvais moments

Car c’est avec toi que j’ai passé ces moments

Je t’écris pour contrer l’oubli

Car cela me permet de me rendre un peu mon fils tout simplement






Rendez moi mon fils

Quand il était enfant

Rendez moi mon fils

Quand il était innocent

Rendez moi mon fils

Quand il était attachant

Rendez moi mon fils

Que j’aime tant

Rendez moi mon fils

Tout simplement