CONFIDENCES BOVINES

De Bunny Ronfleur le 28/04/2024 (59 visites depuis 7 jours)

Écoutez donc les confidences, d'une vache mélancolique,
Laquelle, au cours de mes vacances, me confia, l’air pathétique,
La vie des vaches est affolante, beaucoup plus que la vie des chiens,
Jamais je ne suis délirante, quoiqu’en pense, tous les humains.
Je donne, sans qu’on le demande, du lait, pour tous les nouveau-nés,
A croire que c’est une offrande, pour ne pas être sacrifiée.

Pitié, pitié, pour la race des bovins,
Pitié, pitié, pour le steak Européen...

Mais quand au-dessus de ma tête, me font dire à vous les français,
Que la plupart du temps vous êtes, fait cocu, par tous les Anglais,
Souvenez-vous de Trafalgar ou bien encore de Waterloo,
Ne croyez pas que je m’égare, que je monte sur mes chevaux.
C’est pourtant, le cas aujourd’hui, en Angleterre, moi, grande folle,
Servir, et en tauromachie, dans les corridas agricoles.

Pitié, pitié, pour la race des bovins,
Pitié, pitié, pour le steak Européen...

Lassée des œufs dans notre monde, n'existe pas, et puis d'ailleurs,
Il n’y a que les poules qui pondent, moi je vêle, c’est une erreur,
Et, sachez bien que dans ce cas, au grand jamais je ne resquille,
Tous mes petits veaux n’auront pas, dormis au fond de la coquille,
Si jamais, dans les journaux, vous lisiez, dans une nouvelle,
Qu’une poule, a pondu un veau, on en parlerait à Bruxelles.

Pitié, pitié, pour la race des bovins, pitié, pitié, pour le steak Européen...

Qui donc, est le plus fou des deux, de l'homme ou bien de l'animal,
Moi, vache je ne vois que ceux, qui sont prêt à me faire du mal,
Car si vous autres, en temps voulu, dans vos bureaux, au lieu de faire
Les clowns, avaient soigné vos vues, à l’ombre des vétérinaires.
Vous auriez lu, dans leurs rapports, maintenant enfouis pour toujours,
Qu’au Ministère, on veut d’abord, nous rendre folle, sans amour.

Pitié, pitié, pour la race des bovins,
Pitié, pitié, pour le steak Européen...

Avant d'aller au purgatoire, sans preuve de méaculpa,
Mes sœurs, c’est aléatoire, iront droites, vers le trépas,
Elles n’auront aucune chance, seront prêtes au vachicide,
Des hommes qui ont l’arrogance, d’être fier pour un génocide.
Mais, je suis sure, qu’en l’au-delà, je suis vache, en réalité,
C’est pourquoi je dis tout cela, sans aucune velléité.

Pitié, pitié, pour la race des bovins,
Pitié, pitié, pour le steak Européen...

Que je sois Bretonne ou Normande, mais peut m'importe la région,
Il y a l’offre et la demande, je n’entre pas en religion,
Dans vos prairies, pleines de verdures, je pose sans aliénation,
Des bouses qui n’ont pas l’allure, des Ministres, en réunion.
Seules dans le confessionnal, je trouverai le débouché,
Vous me trouverez, sur l’étal, pour la renommée, du boucher.

Pitié, pitié, pour la race des bovins,
Pitié, pitié, pour le steak Européen..

Bunny Texte Déposé -©




L'auteur :
Bunny Ronfleur
Bunny Ronfleur

Auteur - Compositeur - Interprète
Poèmes - Nouvelles - Chansons Françaises - 18 CD Auto-Produits -

Web : https://www.facebook.com/bunny.ronfleur
Me contacter