L' INFORTUNE

De BEJ le 29/07/2013 (18 visites depuis 7 jours)

L'Infortune

Tu marchais si près, contre moi, contre les mauvais gré, ton parfum sucré, salé …peau de pêche, belle amertume, le temps qui passe et toi si proche, si près ,…… si loin déjà.
Marche avec moi juste un été, juste une saison si tu veux.
Moi, j'avance et je retiens ta main, suis moi un moment.
Mon amour, le temps te laisse une chance.

Allez ! dépêche toi, laisse toi venir…. portée par les vents, tu es la plume, je suis ton vent, tu es mon souffle, au bord du gouffre. Allez suis moi….jusqu’à là bas,… jusqu’à plus tard
Le temps coule dans mes veines
Marche avec moi juste un été, juste un instant, une saison si tu veux. Un été, un automne si tu veux.

La constance du moment...on oublie le temps, tu arrêtes le vent et pourtant le temps coule dans mes veines, hémophile du moment. Comme la vie, une saison c'est court
Reste le souvenir furtif, belle amertume,….ton goût peau de pêche. Quelle infortune

Moi, j'avance et je retiens ta main, j’essaie….
Suis moi un moment. Le temps te laisse une chance
Marche avec moi juste un été, juste un instant si tu veux. Une heure, une minute, comme tu veux,
Belle amertume ton goût peau de pêche,
Et ce temps qui fuit, qui part, comme un sablier que l’on ne peut renverser. Quelle infortune.

BEJ