orang-outan

19 textes disponibles
Page : 1 2  Suivant >

La miction

De orang-outan le 08/08/2010

Comme des doigts sans chair, les branches noueuses aux phalanges atrophiées pointent ver le ciel
leurs moignons écorchés qui semblent vouloir accrocher une lune blanche parsemée de tristes nuages
gris , la nature se fige dans le froid de la nuit.

Pourtant la vie continue, des pas sur un gazon fraîchement coupé se font entendre ; soudain, le

A l'aube d'un jour

De orang-outan le 17/08/2010

A l’aube d’un jour

Doucement les ombres s’estompent, de squelettes les arbres revivent, se parent de chair verte .

Mon âme renait, angoisses des cauchemars doucement disparaissent, la vie prend le dessus.

Les seigneurs de la Guerre

De orang-outan le 16/08/2010

Les Seigneurs de la Guerre



Sur un quai près de Varsovie ,une vieille femme attend son destin ,un vent glacial fait virevolter

envie de me souvenir

De orang-outan le 07/08/2010

La vieille arc-boutée entre les brancards de la charrette à bras regarde d'un air blasé le panneau
indiquant le nom de la rue qu'elle descend péniblement : "avenue de la gloire", tu parles d'une
gloire !!
La gloire de quoi ?
La gloire d'avoir vécu toutes ses années dans un taudis, à huit personnes entassées les unes sur les

La grande école

De orang-outan le 07/08/2010

des classes préfabriquées, alignées comme une caserne au garde-à-vous.Une volée de blouses grises,
comme autant de moineaux qui s'égaillent dans une cour en terre battue.Et un jour, la voilà l'école
des grands.Je la vois de ma fenêtre, qui émerge lentement d'un champ en friche.Grande bâtisse sur
deux étages, prête à recevoir les futurs premiers de la classe et les cancres comme moi, avec le
chauffage central et les toilettes. En attendant je fais connaissance avec elle, je la défie déjà,

Le tiroir

De orang-outan le 16/08/2010

Le Tiroir
Un vieux meuble tout vermoulu laissé là, à l’abandon, dans un grenier avec pour seul décor des
toiles d’araignées savamment tissées, un tiroir sans clé où une vieille poignée en bronze pend,
inutile ; des souvenirs gisent épars sur un fond de planche de noisetier désasjusté par le temps.
Une lettre d’Amour à l’encre délavée, un petit cœur qui semble pleurer des larmes bleues, coincé

La porte du 4D

De orang-outan le 18/08/2010

La porte du 4D
Cinq heures du matin! Cela faisait bien longtemps qu' Annie ne s’était pas levée aussi de bonne
heure! Un de ces matins ni froid ni vraiment chaud où l’on a l’impression de prolonger un sommeil
pas terminé , le cerveau au même rythme que le temps qui se fond avec lui, le corps pourtant en
harmonie avec la nature où l’on perçoit, sur la peau, les moindres embruns venant de la mer, le

La vieille et la lune au chienx

De orang-outan le 24/08/2010

La vieille et la lune au chiens...

En haut de l' escalier la vieille me regarde, avec sa tête penchée sur le coté.
La première fois qu'elle m'a fait une attaque, je me suis dis ; "la vieille passera pas la nuit"...

Premier vrai battement de mon coeur

De orang-outan le 25/08/2010

Ta présence même me manque

Ton souffle sur ma nuque

L'espace que tu occupes

Cupidon en colère

De orang-outan le 29/08/2010

Cupidon en colère

Avant nous regardions ensemble le soleil se coucher, les peupliers, dans notre jardin,
frissonnaient sous la caresse du vent, leurs feuilles, d’une verte pâleur, devenaient foncées
suivant la douce colère de celui-ci, Les roseaux des berges de notre canal du midi courbaient


Page : 1 2  Suivant >
orang-outan
orang-outan

textes d'humour, textes tendre,et fiction

Web : deydet.blog4ever.com
Me contacter