AILLEURS

De Fred le 10/08/2011 (6 visites depuis 7 jours)

Dans un quartier chic,
Où je me baladai par hasard.
Un gars plein de mimique
M’a lancé en coin un regard
Qui m’a laissé sur place.
Je lui ai demandé quoi ?
Il m’a rétorqué la Classe,
Vous ne connaissez pas ?
Ici les gens sont bien habillés.
Ils n’abhorrent pas des pulls ringards.
Par ce qu’ils ont des billets
A dépenser sur le boulevard.
Mais j’aime pas les cravates noires,
les costumes pingouins sur mesure
Et je n’astique pas tous les soirs,
Pendant un quart d’heure, mes chaussures.
Je préfère sortir prendre l’air,
Et pourquoi pas faire des rencontres.
Il m’a fait comprendre d’un ton militaire,
Que sur ce sujet, il était contre.
Alors j’ai pris le métro,
Ses fringues me faisaient peur.
Comme moi à côté, j’étais un clodo.
Je suis parti voire, si j’étais pas ailleurs.

Arriver quelque part en banlieue
Perdu au milieu d’une ZUP.
Un gars m’a regardé droit dans les yeux,
Puis m’a dit sèchement : t’occupe !
En mettant sa main dans ma poche.
Pourquoi mec, où ai-je eu tort ?
Il m’a lancé : tu fais trop cloche,
Ton look n’est pas assorti au décor.
Ici on s’habille en large,
On n’ose pas mettre des pulls rayés.
A moins d’être complètement barge,
Et de vouloir s’faire dépouiller.
Ok, mais je supporte pas les casquettes,
Et je claque pas mes économies
Dès qu’il y a des nouvelles baskets
Pour frimer au près de mes amis.
Je préfère acheter des choses utiles.
Au fait, tu peux me rendre mon pognon.
Il faut encore que je retourne en ville.
Là, il a commencé à taper des bonds.
Alors j’ai pris mes jambes à mon cou,
Son flingue me faisait peur.
Comme ça en valait pas le coup.
Je suis parti voire, si j’étais pas ailleurs.

Me réfugiant dans une boîte de nuit,
Je me suis retrouvé devant des asperges.
L’une d’elle s’est avancée et m’a dit :
Mon gars tu t’es trompé de berge,
Retourne donc d’où tu viens !
Avec des manières coquines
Il m’a pris doucement par la main
En me disant : tu es pas une Drag Queen.
Ici on s’habille en femme
Même si tu as un pull de Gautier.
Pour être sexy, il faut que tu rames
Avec des frusques aussi à chier.
Impossible je supporte pas les tailleurs,
Les bas résilles me grattent les mollets,
Pire les t-shirts de toutes les couleurs
Avec des retouches assez olé olé.
Je préfère garder ma masculinité.
C’est dur en semelles compensées.
Vu qu’il arrêtait pas de me tripoter
C’est qu’il se foutait de c’qu’j’ pensai.
Alors j’ai pris la porte de service.
Ces dingues me faisaient peur.
En plus on avait pas le même vice.
Je suis parti voire, si j’étai pas ailleurs.

Débouchant dans une ruelle sombre,
Où je distinguai à peine le trottoir.
Un gars a surgit de la pénombre,
La bouche ouverte, les yeux hagards.
Il m’a baraguiné : fil ton frique !
Malheureusement on m’a tout prit.
C’est devenu pour moi problématique.
Il voulait que son aiguille soit remplit.
Ici pour les touristes c’est mortel,
Surtout avec un beau pull en coton
Vu la taille, il m’ira nickel.
Ca payera ton intrusion.
Désolé je mets pas tes affaires
Sortis tout droit Démaüs,
Qui baignent dans la misère,
Aussi les bactéries et autres virus.
Je préfère le doux contact de la laine.
J’ai comprit à coup de poing dans le foie
Que son aspect de loque humaine
Pour lui n’était pas un choix.
Alors je lui ai donné mon pull.
Sa seringue me faisait trop peur.
Je ne regrette pas avec du recul
D’être aller voire si j’étai pas ailleurs.

Le froid brûlant mon torse nu,
J’ai pris un taxi via mon studio
Pour être sûr de pas croiser un inconnu,
Qui m’aurait encore pris pour un idiot.
J’en ai marre qu’on critique ma tenu,
Et je tiens trop à mon pantalon.
Je vous dis ça avec aucune retenu
Pour moi l’essentiel c’est le fond.
J’en est rien à foutre de la forme.
Les gens s’intéressent à l’aspect extérieur.
Eux-mêmes essayent de rester aux normes,
Continuant à être matés et mateurs.
Excusé moi de dire une phrase banale :
Mais l’habile ne fait pas le moine.
C’est pourquoi j’aval pas cette morale
Comme un cheval avec son sac d’avoine.
Je préfère m’habiller selon mon humeur
Ou en fonction du temps qu’il fait,
En restant un simple observateur.
Vous dérangez pas je fait que passer
Alors je me réfugies sous mon toit
Tous ces ring’ me font peur
Comme il fait si bon chez soi,
Je me suis retrouvé ici, ailleurs.

Fréd